Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de graine de chipie
  • Le blog de graine de chipie
  • : premiers pas dans la blogosphère j'y présente mes articles d'ateliers d'écriture, mes pages rêvées, des bouts de mes passions, mes bricolages..en gros ce qui me passe par la tête quand je prends le temps de le consigner.
  • Contact

Profil

  • Lili graine de chipie
  • Coucou, 
 Espace d'une nouvelle aventure, j'espère y mettre les bouts qui me rythment avec plaisirs, passion, inquiétudes, doutes, rires, bonheurs, laissant tristesse et obscurité pour une autre vie.Place aux plaisirs, passion sourires et échange
  • Coucou, Espace d'une nouvelle aventure, j'espère y mettre les bouts qui me rythment avec plaisirs, passion, inquiétudes, doutes, rires, bonheurs, laissant tristesse et obscurité pour une autre vie.Place aux plaisirs, passion sourires et échange
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 12:25

il a quelques temps je mettais en ligne
Il pleut doucement sur la ville - Paul Verlaine 

Hani dont j'ignore tout a posté en commentaire ceci, après m'être posé la question de savoir si je pouvais ou non remonter ce commentaire dans un article pour être plus lisible que dnas un commentaire sur un poème de Verlaine, n'ayant pas d'accord à ma demande formulée en réponse à ce commentaire et sur l'encouragement de lecteurs abonnés à ma newsletter je colle ici le commentaire d'Hani. 

HAni si vous passez par cet espace, il est évidemment qu'une approbation de votre part me serait agréable, je retirerai l'article si vous n'en n'étiez pas d'accord. 

Mes lecteurs je vous laisse apprécier son écriture. 

"A chacun sa pluie... à chacun son spleen.. Il pleut sur Beyrouth et la mer est grise..alors je jette mes gouttes de pluie sur le papier, en même temps qu'un drame de solitude:

Clair-obscur

Elle avait rendez-vous comme on va en vacances
Par douce patience entre deux pluies d’orage
Un froid de métal sec rongeait son espérance
Dans le ciel deux oiseaux lui servaient de présage

La ville avait fermé ses fantasmagories
Sur l’aube clair-obscur au parcours hésitant
Rencontre clandestine entre deux cours du temps
Entre le jour éclos et la fin de la nuit

Quelques gouttes de pluie martelaient les secondes
Au rythme du ressac lancinant de la mer
Des espoirs incertains et des rêves amers
Dans le ciel deux oiseaux élargissaient leur ronde

Le soleil a chassé la brume et les mirages
Qui maintiennent en vie les âmes solitaires
Quelques traces de pas demeurent sur la plage
Vestige évanescent entre l’eau et la terre

Hani, Décembre 2007 "

 

 

 

Repost 0
Published by Lili graine de chipie - dans Vos textes
commenter cet article
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 11:07
Il pleut depuis trois jours dans mon coin, je sais je sais c'est un peu de saison mais c'est comme ça je suis terriblement climatique. Quand le soleil brille tout va bien même dans  le pire des chagrins mais quand il pleut j'ai envie d'aller moins bien et je me sens apte aux pleurs... qui mieux que Verlaine pourrait traduire ce que je ressens ? je vous laisse dans la mélancolie de cette ariette mélodieuse plutot que dans mes peines.

Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville,
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur?

O bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits!
Pour un coeur qui s'ennuie
O le chant de la pluie!

Il pleure sans raison
Dans ce coeur qui s'écoeure.
Quoi! nulle trahison?
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi,
Sans amour et sans haine,
Mon coeur a tant de peine!

1874
Repost 0
Published by Lili graine de chipie - dans Vos textes
commenter cet article
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 14:15

Au hasard d'une cyber balade en recherchant je ne sais même plus quoi j'ai attéri sur le blog d'une illustre inconnue et je me suis attardée sur ses écrits..
allez lui rendre visite cela fait du bien...c'est ici PRADOLINE
un petit apperçu  avec son câlin sinon rien !
PS: n'oubliez pas de lui signer votre passage d'un commentaire cela fait toujours plaisir quand on a été visité !
_______________________________________

Quand l’irrésistible envie de câlin fait perdre toute pudeur…

 

Ce soir d’automne, le point de non retour paraissait atteint. Sevrée par trop de privations, trop d’abstinence(s), il me fallait désarmer le désarroi qui m’étreignait telle une sangsue exsangue. De furieux désirs se bousculaient à l’orée de mes paupières de porcelaine. Les fourmis de mon ventre semblaient déchaînées. Leur époustouflante sarabande ondulait au rythme d’un grand huit, aux limites d’un infini flirtant entre zénith et abysses. Sans résister davantage, je franchis le seuil de la cuisine pour me jeter sur lui…

 

Il me fallait sentir sa texture épouser les papilles d'une langue alanguie. Je salivais, imaginant le délice couler suavement le long de ma gorge assoiffée. J’en frissonnais d’émoi…

 

Subitement, la porte couina en parfaite synchronisation avec le gémissement, échappé de mes lèvres mi-closes. Mon soupir rebondit en son mat sur le vide des parois. Sous une carotte égarée, aux fanes fanées, apparut l’objet de mon envie. Un seul ! Il en restait un seul… La date de péremption était dépassée ? Qu’importe s’il dégoulinait ! Vite ! Vite ! Il me fallait ce câlin-là… Tandis que la crème du yaourt fondait irrésistiblement dans ma bouche gourmande et repue, au diapason d’un plaisir, infime et infini… une larme de sel perla sur la noisette de beurre, rescapée du réfrigérateur en péril…

Repost 0
Published by Lili graine de chipie - dans Vos textes
commenter cet article
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 21:13

ah ben cela faisait un moment que je recherchais sans remettre les yeux dessus...ça y est pour ne plus l'égarer je le partage ici j'aime , j'aime et oui j'aime !
l'avantage de l'avoir eu égaré c'est qu'en le recherchant à travers mes papiers, ou sur le net, j'ai découvert le blog de Yves Duteil à travers sa lettre à Ingrid Bétancurt quand dans mon moteur de recherche j'avais noté "le tu et le vous"...
Comme quoi il faut accepter de perdre pour gagner des trésors....
--------------------------------------------------------------------------------
- Nous nous tutoyons ou nous nous vouvoyons ?
- Tutoyons-nous ; vous vouvoyez souvent ?
- Je tutoie comme je vouvoie.
- Moi, je me tue à tutoyer, mais tout me voue à vouvoyer.
- Vous nous voyez nous vouvoyer ?
- Nous voirons; je veux dire, nous verrons.
- Tout à fait, toutefois tout nous fait nous tutoyer; d'ailleurs, qui vous vouvoie ?
- Mes parents, mais je ne les vois jamais.
- Ainsi, vos vieux vous vouvoient sans vous voir.
- Et toi, qui te tutoie ?
- Mon oncle, mais seulement chez moi.
- Donc, ton tonton te tutoie sous ton toit.
- Oui, mais mon neveu ne veut nous vouvoyer.
- Et que faites-vous des dames ?
- Tutoyons les veuves et vouvoyons les tantes.
- Mais ma tante est veuve ; elle vouvoie son toutou et tutoie sa voiture.
- Vous n'aurez qu'à louvoyer, tantôt la tutoyer, tantôt la vouvoyer.
- Et les nouveaux venus, les vouvoierons-nous ?
- Je veux voir les nouveaux venus nous vouvoyer. Les nouveaux non vouvoyants
..se verront renvoyés comme des voyous.
- Et les non voyants ?
- Les non voyants vouvoieront !
- Même au nouvel an ? J'aimerais vous y voir, sous leur nombre les non vouvoyants
..vont vous noyer.
- Au nouvel an, votre dévoué n'envoie de voeux qu'aux vouvoyants non dévoyés.
- Vous vous fourvoyez !
- Je ne me fourvoie pas, monsieur, mais je me fous de vous revoir !
- Alors, allez vous faire voir !
Repost 0
Published by Lili graine de chipie - dans Vos textes
commenter cet article
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 18:57

Gilles est un cyber scribe, un hasard de clavier que j'ai croisé un soir où la lune n'était même pas encore pleine. de petits échanges en plus grands voilà que des textes se sont pointés.
Celui ci a concourru, il en a été lauréat, un jeu comme les  ateliers en proposent, quelques mots imposés ils sont en rouge dans le texte et hop une histoire est à broder... Si vous vous arrétez sur cette page n'oubliez pas de lui mettre ce que vous vous en pensez. Gilles n'a pas de blog je l'heberge jusqu'à ce qu'il se décide à faire son site Lili....

-----------------------------------------------------------------------------------------
Hercule! Hercule! C'est moi, Iris, la messagère des dieux! Je viens pour mon amie la comète, Halley comme les humains l'appellent! Figure-toi que, s'approchant trop prés de grands moulins, véritables défouloirs pour Eole, plantés ici ou là par les humains, sa longue chevelure d'or s'est emmêlée dans des hélices, et la voici tout ébouriffée!

- Et alors?

- Et alors? Tu sais bien que la comète est coquette, et son rayonnement interstellaire. Son rythme de passage au dessus des planètes ne peut souffrir aucune variation, le Grand Ordinateur de ce monde en a décidé ainsi; aussi faut-il réussir le désenchevêtrement de sa queue durant sa course, et vite, car elle se rend à la nuit des étoiles où elle voudrait apparaître en star...

Face à la complexité de la tâche, tu me sembles le plus à même d'y parvenir.

- Pourquoi tu ne demandes pas à Poséïdon qu'il la peigne avec son trident?

-Le pauvre! Il est tellement las et déprimé de voir en quel état les mortels ont transformé sa mer, que même quand il brandit son trident avec toute la force qu'il lui reste, il ne génère qu'une malheureuse petite ondelette qui meurt avant d'avoir atteint la terre.

- Tu sais, Iris, il n'est pas le seul! Moi, je passe mon temps à contempler mes biscotos dans ce miroir, envie de rien.

- Hercule, de nous tous tu es le seul à être demeuré une icône; au fil du temps tu as toujours symbolisé la force élémentaire. Et puis tu sais, peigner la comète est autrement plus classe que nettoyer des écuries!

- Tes paroles me touchent, Iris, ta confiance surtout. Je vais donc reprendre du service et accomplir mon treizième travail! A l'instant je pensais à un peigne, un peigne de cristal que je mettrai sur la trajectoire de notre amie; il lui suffirait alors de glisser sa chevelure entre les dents dudit peigne tout en poursuivant sa course! Je vais demander à Vulcain qu'il nous le fabrique; au moins, pendant qu'il fera ça, il ne passera pas sa hargne en déplaçant les plaques
tectoniques... Tu as vu son dernier tsunami?
 

Repost 0
Published by Lili graine de chipie - dans Vos textes
commenter cet article
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 17:02

Je suis comme je suis
Je suis faite comme ça
Quand j'ai envie de rire
Oui je ris aux éclats
J'aime celui qui m'aime
Est-ce ma faute à moi
Si ce n'est pas le même
Que j'aime à chaque fois
Je suis comme je suis
Je suis faite comme ça
Que voulez-vous de plus
Que voulez-vous de moi

Je suis faite pour plaire
Et n'y puis rien changer
Mes talons sont trop hauts
Ma taille trop cambrée
Mes seins beaucoup trop durs
Et mes yeux trop cernés
Et puis après
Qu'est-ce que ça peut vous faire
Je suis comme je suis
Je plais à qui je plais
Qu'est-ce que ça peut vous faire
Ce qui m'est arrivé
Oui j'ai aimé quelqu'un
Oui quelqu'un m'a aimée
Comme les enfants qui s'aiment
Simplement savent aimer
Aimer aimer...
Pourquoi me questionner
Je suis là pour vous plaire
Et n'y puis rien changer.

 

Jacques Prévert

 

Repost 0
Published by Lili graine de chipie - dans Vos textes
commenter cet article
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 16:37

Pour toi mon amour

 

 
       
 

Je suis allé au marché aux oiseaux
Et j'ai acheté des oiseaux
Pour toi
Mon amour
Je suis allé au marché aux fleurs
Et j'ai acheté des fleurs
Pour toi
Mon amour
Je suis allé au marché à la ferraille
Et j'ai acheté des chaînes
De lourdes chaînes
Pour toi
Mon amour
Et je suis allé au marché aux esclaves
Et je t'ai cherchée
Mais je ne t'ai pas trouvée
Mon amour

 

Jacques Prevert

Interprétation personnelle :
les cadeaux que l'amoureux fait prouvent sa bonne volonté, et son désir de plaire : Il prépare à sa belle un environnement somptueux , un « nid d’amour » dans lequel ils seront coupés du monde. Mais le choix étrange de ses cadeaux pointe sur son égoïsme. Qui aurait envie de vivre dans cette cage aux barreaux dorés ?
J'aime ce poème il illustre ce que j'ai de liberté en moi qui m'a récemment fait violement réagir. Quelqu'un qui n'a aucune chance de passer par mes pages aurait pu pourtant s'y reconnaitre !

Repost 0
Published by Lili graine de chipie - dans Vos textes
commenter cet article
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 13:17
dans les jeux d'écritures certains articles sont merveilleux à cahque fois que j'obtiendrai l'autorisation de publier un texte je le ferai avec plaisir.
si vous avez envie de mettre l'un des votres voici mon mail il suffit de me l'envoyer
grainedechipie@yahoo.fr

je posterai aussi des extraits de textes que j'ai aimé vous avez le droit de faire de même si le coeur vous en dit soit en le mettant dnas un commentaire que je transformerai ensuite en post soit en me l'envoyant dnas un mail je n'ai pas trouvé encore comment vous laisser poster en direct ...

Repost 0
Published by Lili graine de chipie - dans Vos textes
commenter cet article