Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de graine de chipie
  • Le blog de graine de chipie
  • : premiers pas dans la blogosphère j'y présente mes articles d'ateliers d'écriture, mes pages rêvées, des bouts de mes passions, mes bricolages..en gros ce qui me passe par la tête quand je prends le temps de le consigner.
  • Contact

Profil

  • Lili graine de chipie
  • Coucou, 
 Espace d'une nouvelle aventure, j'espère y mettre les bouts qui me rythment avec plaisirs, passion, inquiétudes, doutes, rires, bonheurs, laissant tristesse et obscurité pour une autre vie.Place aux plaisirs, passion sourires et échange
  • Coucou, Espace d'une nouvelle aventure, j'espère y mettre les bouts qui me rythment avec plaisirs, passion, inquiétudes, doutes, rires, bonheurs, laissant tristesse et obscurité pour une autre vie.Place aux plaisirs, passion sourires et échange
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 11:07
Il pleut depuis trois jours dans mon coin, je sais je sais c'est un peu de saison mais c'est comme ça je suis terriblement climatique. Quand le soleil brille tout va bien même dans  le pire des chagrins mais quand il pleut j'ai envie d'aller moins bien et je me sens apte aux pleurs... qui mieux que Verlaine pourrait traduire ce que je ressens ? je vous laisse dans la mélancolie de cette ariette mélodieuse plutot que dans mes peines.

Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville,
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur?

O bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits!
Pour un coeur qui s'ennuie
O le chant de la pluie!

Il pleure sans raison
Dans ce coeur qui s'écoeure.
Quoi! nulle trahison?
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi,
Sans amour et sans haine,
Mon coeur a tant de peine!

1874

Partager cet article

Repost 0
Published by Lili graine de chipie - dans Vos textes
commenter cet article

commentaires

janine laval 01/02/2009 21:13

je me permets de dire, bien que ça ne me regarde pas vraiment, que si il a mis ce poème ici qui pouvait être lu par tous ceux qui le voulaient, il ne doit pas voir d'inconvénient à ce qu'il soit mis au grand jour. Il le mériterait je trouve.
Amitiés

grainedechipie 01/02/2009 20:43

je susi d'accord avec vou jeanine c'est pourquoi j'aurais aimé avoir l'accrod de HAni pour le mettre dnas un article en lecture et non pas en commentaire , les commentaires ne sont que rarement lus...
merci de l'avoir remarqué.
Lili

janine laval 01/02/2009 17:15

je trouve que ce poème de Hani en écho est d'une grande beauté et nostalgie...

grainedechipie 01/02/2009 10:05

Cher Hani inconnu(e) quel étrange commentaire laissé sur ce poème d'abord vos quelques lignes jetées un drame de solitude en quelques mots signalé et puis ce poème qui date de dec il y a un peu plus d'un an...
ne vous laissez pas manger par la solitude qui êtes vous ? comment avez vous attéri sur mon espace et pourquoi rien d'autre que votre clair obscur ?
puis je remonter votre clairobscur dnas un article surmon blog ou préférez vous que je le laisse ainsi en commentaire ...vous pouvez me joindre par mail
grainedechipie@yahoo.fr

le tarn est dnas un doux rayon de soleil aujourd'hui j'espère que vous repasserz lire ce petit mot en étant dnas un bon clair plutot que dnas un obscur ..
Lili

Hani 31/01/2009 18:29

A chacun sa pluie... à chacun son spleen.. Il pleut sur Beyrouth et la mer est grise..alors je jette mes gouttes de pluie sur le papier, en même temps qu'un drame de solitude:

Clair-obscur

Elle avait rendez-vous comme on va en vacances
Par douce patience entre deux pluies d’orage
Un froid de métal sec rongeait son espérance
Dans le ciel deux oiseaux lui servaient de présage

La ville avait fermé ses fantasmagories
Sur l’aube clair-obscur au parcours hésitant
Rencontre clandestine entre deux cours du temps
Entre le jour éclos et la fin de la nuit

Quelques gouttes de pluie martelaient les secondes
Au rythme du ressac lancinant de la mer
Des espoirs incertains et des rêves amers
Dans le ciel deux oiseaux élargissaient leur ronde

Le soleil a chassé la brume et les mirages
Qui maintiennent en vie les âmes solitaires
Quelques traces de pas demeurent sur la plage
Vestige évanescent entre l’eau et la terre

Hani, Décembre 2007