Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de graine de chipie
  • Le blog de graine de chipie
  • : premiers pas dans la blogosphère j'y présente mes articles d'ateliers d'écriture, mes pages rêvées, des bouts de mes passions, mes bricolages..en gros ce qui me passe par la tête quand je prends le temps de le consigner.
  • Contact

Profil

  • Lili graine de chipie
  • Coucou, 
 Espace d'une nouvelle aventure, j'espère y mettre les bouts qui me rythment avec plaisirs, passion, inquiétudes, doutes, rires, bonheurs, laissant tristesse et obscurité pour une autre vie.Place aux plaisirs, passion sourires et échange
  • Coucou, Espace d'une nouvelle aventure, j'espère y mettre les bouts qui me rythment avec plaisirs, passion, inquiétudes, doutes, rires, bonheurs, laissant tristesse et obscurité pour une autre vie.Place aux plaisirs, passion sourires et échange
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 07:30

Consigne : écrire en trois volets, une transformation allant crescendo ou descendant dans les
nuances sans laisser deviner la chute de la conclusion... 3/4h
participants : Anne marie- Nadine – Frederique
animatrice : Michele.
__________________________________________________________________________

Parvis de Fleury Mérogis, il est là crâne rasé, la haine dans ses yeux, les poings fermés. Il n'est libre que pour se venger. Son pas n'hésite pas. Métro, gare St Lazare, deux heures pour répéter les gestes qu'il a cent fois déroulés. Aller au puits, sortir la nacelle, prendre son poignard, la surprendre dans son sommeil, plaquer la main sur ses lèvres, ne pas lui laisser le temps de justifier, rien, frapper, puis rien.

 

Dieppe, la plage. Il est là face à la mer, le vent balaye son crâne dénudé. Il fixe le large, les mains dans les poches. Son pas est hésitant, il a oublié les galets ronds. Il marche. Une heure pour arriver à la ferme. Il répète les gestes cents fois faits. Aller au puits, sortir la nacelle, prendre le couteau caché là, la trouver au réveil sans écouter ce qu'elle pourrait dire pour sa défense, en finir? Il ne serait libre qu'après.

 

St Flo, la ferme. Ses yeux sont gris, il cherche du regard le fond du puits. Ses mains tirent la nacelle, il a les deux pieds ancrés dans la terre. Il prend ce couteau qu'il avait caché quand elle l'avait accusé, il avait eu peur. Il reste debout. Il balaye le paysage. Tout a changé, trente ans se sont écoulés. Ses gestes cent fois répétés, il les liste encore une fois ; il les fait et refait, il s’applique pour ne rien oublier. Puis il se dirige vers la ferme, la maison n'était jamais fermée. Il tourne la poignée, la porte est ouverte. Elle est dans la cuisine. Il la reconnaît sous ses cheveux blancs. Elle ne sait pas, elle lui sourit. Dans sa poche il sent la lame. Elle lui demande ce qui l'a poussé à venir de ce côté de Dieppe, jamais personne ne s'y hasarde ! Il hausse les épaules. Elle lui offre un café, il s'assoit. Elle se met à parler. Trente ans depuis le drame. Elle raconte son fiancé qui la surprise avec le fils du boucher. Il a cogné, il est tombé, elle a eu peur, elle croyait en sa culpabilité. Sans vraiment l’accuser, elle a tout approuvé. Trente ans ! Ses yeux la regardent. Elle ne l'a pas reconnu, c'est une vieille dame, elle sourit, ses traits sont doux ses yeux étaient dessinés pour rire, ils écrivent la tristesse d’un temps qu’elle ne peut effacer. Elle ne s'est jamais mariée. Elle ne sait même pas où son fiancé a été enfermé, elle a eu peur, elle ne l'a pas cherché. Il écoute. Sa lame dans sa poche il repense à des gestes cent fois répétés. Il repousse son café. Sans un mot il repart comme il est arrivé, elle n'est pas étonnée personne n'est jamais resté! Il abandonne derrière lui trente années ressassées.

Sans se retourner il marche. Il a laissé ses gestes cent fois répétés....Ses cheveux vont pousser. Après commence maintenant. Dans ses gestes cents fois répétés il a construit sa liberté

Palleville Le 11 mars 2007

Partager cet article

Repost 0
Published by Lili graine de chipie - dans Atelier Palleville
commenter cet article

commentaires